mangez des insectes : la révolution alimentaire que personne n’attendait

L’histoire surprenante des insectes dans notre alimentation

Depuis des millénaires, les insectes occupent une place de choix dans l’alimentation de nombreuses cultures à travers le monde. En Asie, en Afrique et en Amérique latine, ces petites créatures sont considérées comme des mets délicats et riches en protéines. Bien que cette pratique soit moins courante en Europe et en Amérique du Nord, elle gagne en popularité. En fait, la FAO estime qu’environ 2 milliards de personnes consomment régulièrement des insectes.

Étonnamment, les premiers Européens à poser le pied sur le Nouveau Monde dévoraient déjà des criquets. Néanmoins, la société occidentale a rapidement perdu l’habitude de manger des insectes, les reléguant à une niche exotique et souvent associée à des pratiques “étranges”. Pourtant, vu les défis alimentaires mondiaux actuels, cette tradition millénaire pourrait revenir sur le devant de la scène.

Les avantages nutritionnels et environnementaux des insectes

Les insectes comestibles ne sont pas seulement une curiosité gastronomique. Ils sont bourrés de protéines, de vitamines, de minéraux et de fibres. Par exemple, 100 grammes de criquets fournissent environ 20 grammes de protéines, soit presque autant que le bœuf, tout en ayant des teneurs élevées en calcium, zinc et fer. En nous penchant sur les alternatives à la viande traditionnelle, nous nous rendons compte que les insectes ne sont pas simplement en compétition ; ils surpassent parfois les nutriments offerts par les protéines animales conventionnelles.

D’un point de vue écologique, les insectes sont champions toutes catégories. Leur élevage nécessite beaucoup moins de ressources que celui des animaux de boucherie. Pour produire un kilogramme de protéines issues d’insectes, il faut 12 fois moins de nourriture par rapport à un kilogramme de bœuf. Ils consomment également moins d’eau et émettent moins de gaz à effet de serre. Selon l’Université d’Oxford, le seul fait de remplacer 10 % de notre consommation de viande par des insectes pourrait réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre de 25 %.

Les défis psychologiques et culturels à surmonter avant l’adoption massive

Malgré les indéniables avantages nutritionnels et environnementaux, l’idée de manger des insectes suscite souvent une répulsion instinctive. Cette aversion est majoritairement d’ordre psychologique et culturel. En Occident, sous l’influence de siècles de tradition culinaire, nous avons appris à associer les insectes à la saleté et à la maladie. Par conséquent, changer ces perceptions demande un travail de sensibilisation et d’éducation.

Pour surmonter ces barrières, il faudrait intégrer les insectes dans notre alimentation de manière déguisée. Par exemple, les transformer en farines pour enrichir les pâtes, les biscuits ou les barres protéinées. Certaines entreprises de la food-tech l’ont bien compris et proposent déjà des produits à base d’insectes qui n’ont rien de repoussant – comme des sauces, des energy bars ou des snacks croustillants. Le restaurant étoilé Noma à Copenhague, quant à lui, a ajouté des plats à base de fourmis à son menu, démontrant qu’avec un bon marketing, le passage au consommateur peut être plus doux.

Recommandations Spécifiques

Nous recommandons aux curieux de commencer par goûter des produits dans lesquels les insectes sont transformés en poudre, comme des pâtes à base de farine de grillon, afin de s’habituer progressivement à ces nouveaux ingrédients. Pour les entrepreneurs et les restaurateurs, n’hésitez pas à innover avec des recettes où les insectes sont incorporés de manière subtile mais savoureuse. Voilà, vous avez toutes les clés pour comprendre pourquoi manger des insectes pourrait bien devenir une habitude courante dans un avenir proche.

Le marché des insectes comestibles est en expansion rapide. En 2020, l’industrie valait 112 millions de dollars et devrait atteindre 1,5 milliard de dollars d’ici 2026, selon Research and Markets. Il est temps d’ouvrir notre esprit – et notre assiette – à cette révolution alimentaire.